Carte blanche à Jean-Sébastien Chauvin

  • Dimanche 1er mai
  • 19h15
  • Cinéma Le Belmondo
    16 place Garibaldi
  • Accès Tram :
    > Ligne 1 – arrêt Garibaldi
    > Ligne 2 – arrêt Garibaldi / Le Château
  • Tarif
    Plein : 8€
    Réduit : 6,50€
    Carnet 10 entrées  :  60€

« Lorsque le festival In & Out de Nice m’a proposé cette carte blanche autour de mon court-métrage Mars exalté, j’ai pensé à trois films avec lesquels je me sens particulièrement en affinité. Trois œuvres qui ont pour sujet l’érotisme, le désir et qui l’expriment dans une forme expérimentale singulière faite de répétitions, de boucles. Ce sont les amoureuses de Barbara Hammer qui se suivent dans des rituels sans cesse renouvelés au milieu d’une nature idyllique, les variations minimalistes de Frank Beauvais sur un visage adoré ou les étranges lacets narratifs des Îles de Yann Gonzalez qui font circuler le désir d’un.e inconnu.e.s à l’autre. Ce sont des œuvres obsessionnelles et amoureuses où le désir lesbien, homosexuel, queer est moins porté par l’envie de raconter une histoire que par celui de plonger à cœur perdu dans le temps présent du désir, la condensation érotique, quelque part entre le paradis de l’amour et l’enfer des passions. » Jean-Sébastien Chauvin

MARS EXALTÉ
de Jean-Sébastien Chauvin
France, 2022, 17’50, expérimental
Un homme endormi rêve d’une ville à la tombée du jour.

WOMEN I LOVE
de Barbara Hammer
États-Unis, 1976, 22’40, expérimental
Série de portraits « caméo » d’amis et amantes de la cinéaste, entrecoupés d’une ode ludique à la nature, aux fruits et aux légumes. Les images culminent dans le tableau tantrique d’une sexualité soutenue.

COMPILATION, 12 INSTANTS D’AMOUR NON PARTAGÉ
de Frank Beauvais
France, 2007, 40’, expérimental
« En juin dernier, je faisais la rencontre d’Arno, un garçon de vingt ans dont je tombais immédiatement amoureux. Pour être sûr de le revoir alors que ce sentiment n’était pas partagé, je lui ai proposé pendant tout l’été, du 21 juin au 21 septembre, de venir quotidiennement chez moi écouter de la musique. Une musique qui deviendrait l’unique dialogue entre nous, commenterait l’évolution de mes sentiments à son égard, le pousserait dans ses retranchements, le caresserait et le brusquerait. » F. B.

LES ÎLES
de Yann Gonzalez
France, 2016, 24’
Sélection Semaine de la Critique du Festival de Cannes
Dans une ambiance nocturne, des personnages traversent un dédale érotique et amoureux avec le désir pour seul guide.

Projection suivie d’un échange avec Jean-Sébastien Chauvin

 

Galerie

LA PROMESSE D'UN ÉTÉ
LA PROMESSE D'UN ÉTÉ
LA PROMESSE D'UN ÉTÉ
LA PROMESSE D'UN ÉTÉ